vendredi 13 avril 2007

Une guerre de nouveau possible au Liban ?

Si l'ONU n'applique pas la résolution 1701, on risque de voir une nouvelle guerre entre le Hezbollah et Israël l'été prochain.
On l'a vu, avec les marins britanniques, l'Iran a pu démontrer à ses alliés libanais (et ailleurs) que les occidentaux ne bougeront pas si on kidnappe leurs soldats. Ils peuvent penser qu'israël ne repartira pas en guerre en cas de capture de ses soldats si les occidentaux font pression sur eux et si les médias occidentaux "travaillent" les opinions publiques comme ils l'ont fait l'été dernier.
Cette guerre pourrait être bien pire car il est possible cette fois-ci qu'Israël fasse déborder le conflit vers la Syrie pour arrêter la fourniture d'armes.
AB*
Ci-dessous un extrait d'un article du correspondant libanais de Menapress qui remet les pendules à l'heure.
----------------------------------------------------------------------------
Les prosyriens veulent la guerre, les autres préfèrent le Liban (info # 011304/7) [Analyse] Par Michaël Béhé à Beyrouth © Metula News Agency

(...) Dimanche dernier Sayyed Nasrallah, le Secrétaire général du Hezbollah, avait fait un discours fleuve dont les points d’orgue étaient l’incapacité du Liban à se défendre seul contre Israël et l’illégitimité du gouvernement ainsi que du parlement. Le Dr. Samir Geagea, le chef des FL, membre du courant du 14 mars et du gouvernement, a tenu mardi à lui répondre point par point. Voici, pour terminer mon papier, quelques morceaux éclairants de sa mise au point :
"Hassan Nasrallah veut convaincre tout le monde que l’Etat est incapable d’assumer les tâches qui lui incombent au Liban. Il commence son discours en affirmant, en effet, que l’Etat qui permet que le Liban soit envahi et que sa capitale soit occupée n’est pas un Etat. Il veut parler bien sûr de l’Etat de 1982, en faisant semblant d’ignorer que cet Etat était exsangue du fait de l’existence de groupes palestiniens armés qui spoliaient ses prérogatives. Et ce sont ces groupes qui ont été la cause de la décision d’Israël d’envahir le Liban et de parvenir jusqu’à sa capitale, alors que de 1949 à 1969, Israël n’avait jamais envahi le Liban ni atteint sa capitale.".

A propos du blocage du parlement : "Sayyed Hassan et ceux qui sont avec lui considèrent que la Chambre est illégitime. Ils pensent que seul le président de la Chambre est légitime. Voilà pourquoi ils estiment qu’il n’est pas nécessaire de convoquer les députés…".

Sayyed Hassan, vous êtes devenu un fardeau pour nous : "Sayyed Nasrallah affirme que la solution passe par le recours à l’opinion des gens. Je lui pose la question : le 12 juillet 2006, a-t-il demandé leur avis aux gens avant de capturer des soldats israéliens et de provoquer une guerre qui a coûté plus de 1 000 morts et dix à quinze milliards de pertes ? (…)

Il nous demande de retourner aux urnes. Nous l’avions fait, le 14 mars. Puis aux élections de 2005, puis les 14 février. Il n’a jamais rien accepté. Qui nous dit que cette fois-ci il accepterait ? Non. Nous ne jouerons pas à ce jeu avec Sayyed Hassan, car il ne respecte pas la règle de ce jeu.

Il dit qu’en 2000, lorsqu’il a commencé à être question du retrait israélien, des articles de presse ont laissé entendre que ce retrait signifierait la fin du Hezbollah car il lui retirerait la cause de son existence, comme si le motif de notre existence se limitait à un territoire occupé ici ou là.

Quelle est donc la cause de votre existence ? Ce n’est pas le territoire occupé ? En fait, Sayyed Hassan, nous connaissons depuis longtemps la cause de votre existence, mais nous attendions que la vérité apparaisse avec le temps. Mais c’est vous qui la dites. Nous savons que vous voulez libérer toute la Palestine et jeter les juifs à la mer, comme le dit tous les jours Ahmadinejad. Vous voulez aussi poursuivre le djihad et chasser les Américains de chaque recoin du monde islamique, du Maghreb jusqu’à l’Indonésie, non seulement militairement, mais aussi politiquement, économiquement et culturellement. Vous voulez libérer la Tchétchénie et puis, ultérieurement, récupérer l’Andalousie et puis après, vous verrez ce que vous ferez du reste du monde !

Ce que vous dites est donc vrai. Il reste que les Libanais n’ont rien à voir avec cela. Vous croyez dans la théorie de la grande oumma et vous voulez combattre en son nom. Vous pouvez le faire tout seul, mais pas sur le dos du peuple libanais. Le Liban est une entité indépendante en soi. Il ne vous est pas possible d’entraîner le peuple libanais dans la guerre ou dans la paix quand vous le décidez. Aujourd’hui, vous prétendez être une résistance. Mais plus de la moitié du peuple libanais ne veut pas de votre résistance ni des objectifs qui sont les vôtres. Nous n’acceptons pas que le Hezbollah se rende maître de notre destin, de celui de nos enfants et de notre patrie. Nous construisons et le Hezbollah détruit. Je vous le dis franchement, Sayyed Hassan, vous êtes devenu un fardeau pour nous.

Au nom d’une grande partie du peuple libanais, je dis que nous ne voulons plus de guerres désormais. Nous ne voulons plus de groupes armés hors de l’Etat. Nous ne voulons plus d’aventurisme. Il ne faut pas perdre l’espoir. Le Hezbollah va à l’encontre de l’histoire. Voilà pourquoi il ne pourra pas continuer ainsi".

1 commentaire:

  1. The Star
    (1)

    Twinkle, twinkle, little star!

    How I wonder what you are,

    Up above the world so high,

    Like a diamond in the sky.

    (2)

    When the blazing sun is gone,

    When he nothing shines upon,

    Then you show your little light,

    Twinkle, twinkle all the night.
    (3)

    The dark blue sky you keep

    And often thro' my curtains peep,

    For you never shut your eye

    Till the sun is in the sky.

    (4)

    'Tis your bright and tiny spark

    Lights the traveler in the dark;

    Though I know not what you are

    Twinkle, twinkle, little star!

    -----by aoc power leveling


     

    RépondreSupprimer

Et vous, quel est votre avis ?